京都にいく – Allons à Kyoto

image

Konnichiwa ! (« bonjour », l’après-midi).

Après la visite du musée Ghibli ce matin (cf. article précédent), on est allés chercher nos sacs dans le coin locker de la gare d’Ueno. En effet, on ne restait qu’une nuit à Tokyo puisqu’on se dirige cet après-midi vers Kyoto.

J’écris d’ailleurs actuellement dans le Shinkansen, sur mon smartphone via l’application WordPress :P.

Aaah les coin lockers… C’est une invention géniale. C’est vieux comme le monde. Ça n’est pas (très) cher et c’est extrêmement pratique… Mais ça ne se trouve pas en France. Faute de place ? S’il y en a à Tokyo, alors il peut y en avoir partout. Faute de moyen ? Lol. Faute de sécurité / civisme ? Peut-être. En général, on paie 200 à 500¥ (1.5 à 3.75€) selon la taille du casier pour 24 heures. Je m’étais séparé de mon gros sac comme ça, la nuit de l’ascension de Fuji-san en 2013. Faute d’avoir payé un hôtel juste pour le sac (ça aurait fait cher la nuit blanche !).

image

Coin lockers à Kyoto Station

On en a profité pour faire un sushi bar à Ueno (un différent de celui d’hier midi :D), avant de partir à Tokyo Station pour prendre le Shinkansen (l’équivalent (en mieux) du TGV Japonais).

image

Ici les assiettes allaient de 120 à 800¥ (code couleur) contrairement au « Tout à 130¥ » d’hier. Plusieurs raisons justifient cet écart de prix : Plus de choix. Produits de meilleur qualité et plus frais. Le tapis roulant était quasiment vide: tout se faisait sur commande, ou presque.
On a mangé environ une bonne douzaine d’assiettes pour environ 2200¥ (16.5€). La commande est aisée même si on ne parle pas Japonais:

Sumimasen (« excusez-moi »), Tekka-maki
Sumimasen, Sa-mon (« saumon »)

Tekka-maki : makis au thon (thon rouge, cru, évidemment. Si vous entrez dans un sushi bar qui fait des makis avec du thon en boite, sortez aussi tôt. Un peu de dignité, on est au Japon, merde !)

Le shinkansen, fidèle à lui-même, est parti précisément à l’heure annoncée. Un trajet de 2h18 pour aller de Tokyo Sta. à Kyoto Sta. Une attente de 10min est à prévoir devant le train, le temps qu’il soit intégralement nettoyé (les quais ne sont pas climatisés, donc l’été en plein soleil, ça peut occasionner quelques grosses sueurs :D). Une fois dans le wagon, bien qu’en seconde classe, on peut largement tendre les jambes et bien incliner son fauteuil. La clim est parfaite et l’insonorisation vraiment bonne. Simplement intestable. La SNCF a annoncé qu’elle voulait être la première société de transport ferroviaire au monde en terme de qualité et « d’excellence » (sic) d’ici à 2020 (qui vient de glousser ?! QUI ?!) alors on y va tous ensemble :  がんばって !!! (« Faites de votre mieux » / « N’abandonnez pas ») :D.

image

Shinkansen, de coté. Le wagon de tête est plus joli.

image

Kyoto Station

image

Tour de Kyoto, 131 mètres

Une fois arrivé à Kyoto, la dame qui gère notre Guest House nous a gentiment rappelé que nous étions le 15 et non le 16… Inutile de se presser pour le Daimon-ji, c’est demain soir !

image

Nos futons !

image

L'autre coté de la chambre

image

Le salon de la Guest House

On est allés visiter le temple Kiyomizu-dera, qui était exceptionnellement ouvert de nuit, tout éclairé.
Petite anecdote de passage: Kiyomizu s’écrit (en kanji) 清水, ce qui signifie « eau pure »… Et on s’est pris une belle averse en sortant de l’hôtel :D. Averse qui a d’ailleurs duré… Toute la ballade.

image

image

image

Le fameux saut de 15 mètres, supposé exaucer un vœu si l'on survit

image

Vue sur Kyoto

La pagode étant fermée, on y retournera probablement en journée pour profiter d’un nouveau paysage, en espérant qu’il fasse beau. Pour le coup l’averse m’a donné l’envie de tester le fameux saut de 15 mètres, par moment.

La rue qui mène au temple est remplie de boutiques vendant souvenirs et sucreries. Avec beaucoup de petites dégustations aussi. On s’est régalés 😀 !

image

Mochi et autres sucreries

image

Cadeau de moi à moi

On est ensuite aller manger des モダン焼き (modanyaki), une version plus garnie de l’okonomiyaki.

image

Modanyaki, 1200¥ (environ 8.5€)

image

La sauce blanche dessus, que les serveurs appelaient « magic sauce » est plutôt une version bien grasse et industrielle de la mayonaise que l’on connait en France (déjà grasse et souvent industrielle). Généralement on dessine des filaments sur l’okonomiyaki… Certaines préfèrent faire des petits pâtés :P.

Voilà, c’est l’heure d’aller dormir car demain est une journée chargée (objectif 4 visites, puis Daimon-ji le soir).

おやすみなさい – Bonne nuit !

京都 に いく : Kyoto ni iku
がんばって : Gambatte (ga n ba t te)
おやすみなさい : Oyasumi nasai

Publicités

5 réflexions sur “京都にいく – Allons à Kyoto

  1. sinon les « coin lockers », si j’ai bien compris, se sont des casiers à louer pour la journée non ? Dans ce cas ça existe pres de pas mal de gare en France également. Testé à Austerlitz par exemple.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s