Après l’effort, le réconfort !

image

Umeda Sky Building, Osaka

Ouf ! Enfin assis dans le Shinkansen vers Tokyo !

Le départ d’Ōsaka a été assez « sport ». On était persuadés d’avoir réservé un ryokan à Hakone, donc le trajet (Ōsaka -> Hakone) devait être simplissime. Seulement voilà, on s’est rendus compte (avant de partir) que le ryokan était dans un coin reculé d’Izu, j’ai nommé Izunokuni :D….

On est allés manger au sommet du Yodobashi Camera (grande tour-centre commercial) avant de quitter Ōsaka.

4h de trajet environ, dont une ligne JR (pour faire Atami station -> Izunagaoka Station) qui s’arrêtait en début d’après midi… Et un check-in au ryokan qui fermait à 18h00. Autant vous dire que ça sentait le roussi !

image

Ce train <3...

On était d’autant plus inquiets que le Ryokan dans lequel nous devions dormir affichait (a priori) des tarifs plus proches des 32-34 000¥ (pour deux) [250€] que des 11 000¥ [80€] que nous devions payer d’après Booking.com.

On est arrivés à Atami Station avec un shinkansen Kodoma, qui s’arrête à toutes les gares sur le chemin (pas le choix, Atami est une « petite » gare…). Le prochain Hikari (l’autre* shinkansen) s’arrêtant à Atami était semble-t-il programmé dans plusieurs heures.

image

On peut (bien) tendre les jambes, même en seconde classe

image

De la place, du courant... What else?!

* Trois types de Shinkansen dans ce coin du Japon : Kodoma, Hikari, Nozomi. Le Nozomi est le plus rapide mais il n’est pas accessible avec les JR Pass (= il faut payer le trajet complet, onéreux). Le Kodoma s’arrête à toutes les stations.

Une fois à Atami, il n’y avait évidemment plus de trains sur la ligne JR devant nous amener à Izunagaoka. On a dû prendre une autre ligne qui partait dans 3 minutes pour aller à Mishima et faire un changement. Ce que l’on n’avait pas compris au début :D… On est descendu à la station d’après (alors que l’on était dans le train vers Mishima) pour redemander des informations.

image

かんなみ, Kannami, au milieu de nulle part

image

Le bled !...

Évidemment dans ce genre de coin, personne ne parle anglais et il n’y a pas de hotspot wifi. Et puis NTT Docomo m’a informé (message automatique) que je ne pouvais pas appeler « ce numéro » (le ryokan) avec mon mobile. C’est surtout pour ça qu’on a beaucoup galéré. Mais un couple de personnes âgées a su nous indiquer le chemin, tant bien que mal 🙂 !

Arrivés à Izunagaoka, on a appelé le ryokan (« Kameya Ean ») avec une cabine. Ils nous ont envoyé une petite navette pour nous récupérer…

Et c’est là que l’hallucination totale commence !!!

image

"Chambre" (ou SUITE...) typiquement Japonaise

image

Avec un salon entièrement équipé bien sûr...

image

Sans oublier le fauteuil massant dans la chambre

image

Sans oublier la terrasse

Au début j’ai cru à une erreur. Pourtant la réservation était bien à mon nom. Je suis quand même descendu au front (furonto) prétextant que je voulais payer, pour m’assurer que le tarif était bien de 11 000¥… Et on m’a confirmé que oui. Quand j’ai dit que j’étais surpris qu’une pareille chambre soit si bon marché, on m’a répondu « Special room just for you » (une chambre spéciale rien que pour vous). Drôle et flippant en même temps. Mais ce n’était que le début…

Le Kameya Ean dispose de trois onsen (bains chauds d’eau de source), publiques, que l’on peut réserver pour 40 minutes (gratuitement). On a réservé le « roku garuden » (rock garden, jardin de pierres/roches)… Et là, LÀ, c’est le drame !

image

image

image

De l’autre coté se trouvent les douches et les toilettes. Détail important: au Japon, le bain ne sert pas à se laver. Que ce soit en sento (bain classique) ou en onsen, on passe à la douche avant d’entrer dans le bassin.

Après avoir barbotté dans une eau à 42-43°C pendant 30 minutes, il était temps de profiter de la chambre !

image

Le thé ("ocha", en japonais, prononcé "otcha") est servi

image

La télé japonaise... Tout un spectacle !

image

On peut lire (hiragana) "Kameya" sur les gâteaux (pâte d'harricots rouges)

De jour, on voyait le mont Fuji, rien que ça ! Fuji-san ou Mont Fuji ou même Fujiyama [富士山], mais pas « Mont Fujiyama », « yama » [山] étant « montagne ».

image

Je ne sais pas pourquoi, mais je suis amoureux de cette montagne...

Le revoir « de près » (c’est relatif…) m’a rappelé mon ascension nocturne de 2013… Grande émotion 😀 !

Bien que ça soit « juste » un ryokan, le Kameya Ean restera probablement l’un de nos plus beaux souvenirs pour ce voyage. À ce prix, c’était vraiment un cadeau !

image

De jour, c'est joli aussi !

image

image

L'autre onsen, avec vue (lointaine) sur Fuji-san ❤

image

Un petit onsen mi-intérieur mi-extérieur au RDC !

Le propriétaire des lieux nous a ramenés à la gare d’Izunagaoka, où nous avons visité une petite pâtisserie :3… Rien d’extravagant mais bien sympatique !

image

image

Et nous voilà repartis pour Tokyo avec 5 nuits d’hôtel réservées. On n’est pas encore certains du programme, mais on fera sûrement au moins une journée à l’extérieur. Nikko (plutôt pour les temples), Hakone (les lacs et les montagnes dont Fuji-san) ou Kamakura (la plage !).

またね ! (Mata ne!) –  À bientôt ! (informel)

Publicités

2 réflexions sur “Après l’effort, le réconfort !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s