Rétrospective de mon voyage de 2013 – Partie 1

Fuji Subaru (cinquième station)

Bonsoir !

Cela fait un moment que j’avais envie de le faire, mais Procrastination oblige, je n’ai jamais pris le temps de m’y mettre. Dans cet article, je vous emmène revivre (un peu…) mon voyage de 2013.

On commence avec quelques chiffres :


Jour 1 (15/07)

Tout commence un 15 juillet, aéroport Charles de Gaule. L’avion décolle à 11h45, mais pas d’inquiétude, je suis sur place depuis 8h30 ! Un vol de pratiquement treize heures m’attend, avec une escale d’environ trois heures. Armé de ma tablette et de mon smartphone chargés à fond, d’un guide touristique (Lonely Planet 2012) et de plusieurs imprimés de Kanpai et Guide Japon, me voilà parti. C’est mon premier voyage seul, planifié et organisé seul, financé seul : il fallait bien le fêter, ce diplôme !

Le vol aller-retour est effectué avec la compagnie Aeroflot (la moins chère, la majeure partie de l’année, sauf promotions exceptionnelles de certaines compagnies comme ANA), pour 602€ (acheté sur Expedia). À l’époque, j’achète aussi l’assurance vendue par Expedia pour 36€… Inutilement, puisque mon assurance logement prenait déjà en compte ces éventualités/risques. Enfin, « on n’est jamais trop couvert », parait-il ;)… Arrivé à Moscou, pour se dégourdir un peu les jambes… Mais surtout rester concentré : Seulement 3h30 de vol, il reste plus de neuf heures de vol entre Moscou et Tokyo… Et il faut encore passer toute l’escale à l’aéroport. Je me balade pour trouver du WiFi, une prise bien localisée pour m’installer confortablement avec mes gadgets. Je regarde la météo à Tokyo… 37°, plein soleil.

Dans l’avion de Moscou à Tokyo, je suis assis à coté d’un Japonais expatrié en Russie (travail / famille). Très sympathique. Il me propose de se retrouver une fois arrivé à Tokyo Narita (l’aéroport), m’annonçant que les contrôles allaient être plus longs pour moi, étranger.


Jour 2 (16/07)

Arrivé à Narita, je verse ma petite larme en voyant les panneaux 日本へようこそ (Nihon  e yokoso, Bienvenue au Japon), et tout se passe comme je l’avais imaginé : de la manière la plus rapide et efficace qui soit. Le passeport tamponné, direction le Narita Express (à l’étage inférieur), train qui relie l’aéroport et Tokyo en environ 1 heure, et gratuitement (ou plutôt, inclus dans le Japan Railway Pass). Mon voisin d’avion, que je pensais avoir perdu, me rejoint sur le quai.

Quai du Narita Express

Quai du Narita Express… Vous avez dit « Propre » ?

Sur le trajet jusqu’à Tokyo (Tokyo Station, abrévié « Tokyo Sta. »), je lui pose beaucoup de questions. Des questions auxquelles j’ai déjà réponse pour la plupart. Mais ça me permet de me canaliser, je suis tellement euphorique en regardant par la fenêtre, j’ai encore du mal à réaliser que je suis sur place !

La "campagne" entre Narita et Tokyo

Tokyo Skytree

Tokyo Skytree

Une fois arrivé à Tokyo Sta., direction la ligne Yamanote pour aller à Akihabara, où je devais trouver un Capsule Hotel.

Avant de poursuivre, je dois absolument parler de la ligne Yamanote ! C’est LA ligne JR (Japan Railway) pour les touristes. Elle dessert pratiquement tous les coins les plus connus et elle est (évidemment) incluse dans le JR Pass !

Yamanote Line

Il y a environ 2 minutes entre chaque station. De toute façon, dans le train, un écran vous indique le temps qu’il vous reste à attendre pour atteindre chaque station.

Yamanote

Akihabara est donc à deux stations « au-dessus » de Tokyo Station. Akihabara est connu comme l’Electric Town (Denki Gai, la ville de l’électronique), mais je m’y rends avant tout pour y trouver un Capsule Hotel. C’est un excellent plan pour dormir à moindre coût lorsqu’on est seul (il en existe pour femmes, mais ils sont plus rares). Comptez entre 2500 et 3500 yens pour une nuit.

Une fois lâché dans la rue, Ô désespoir. Je ne parlais pas Japonais, les gens avaient tous l’air extrêmement pressés, il faisait une chaleur écrasante avec un air très humide, et je portais mes 2 gros sacs… J’ai eu beaucoup de mal à trouver l’endroit où devait se situer l’hôtel. J’ai d’abord demandé de l’aide à un homme âgé, premier contact avec un Japonais sur place…

  • (moi) « Sumimasen… » (= Excusez-moi)
  • (lui) *lève la main et tire une tête désagréable* (= Va te faire voir), *puis trace sa route*

Le choc. Merde. « Qu’est-ce que j’fous là ? Je demande de l’aide à qui ?« . En plus, je déteste déranger les gens pressés / occupés, dans la rue. C’est bien ma veine. Mais je finis quand même (au bout de 4 ou 5 demandes et d’une heure de vagabondage) à trouver un Japonais qui parle anglais et accepte de m’aider. Celui-ci m’a scotché. Il a sorti son téléphone, lancé Google Maps, et m’a accompagné tout le long du trajet (10 minutes ?) jusqu’à l’adresse de mon hôtel. Malheureusement, mon Lonely Planet éd. 2012 a probablement été fait en 2011 (peut-être même avant ?…), nous sommes en 2013, et Tokyo est une ville très dynamique. L’hôtel où je comptais me rendre a déménagé a plus de 25 bornes d’ici ! Mon sauveur m’explique comment aller à cette nouvelle adresse (sur un bout de papier) et s’en va.

Je pète les plombs et décide d’aller me poser dans le premier hôtel qui me passe sous la main, me doucher, et me reposer. Je tombe sur un Business Hotel, à 6300 yens la nuit (APA-Ekimae). On est loin du budget que j’avais prévu. Mais « tant pis ». En plus, il est juste à coté d’un petit restaurant pas cher, et très très proche de la gare de Akihabara.

Hotel APA-Ekimae, Akihabara

Hotel APA-Ekimae, Akihabara

Hop, douche, petit instant « WiFi » / sieste, et on repart, le moral toujours un peu en berne… Mais c’était sans compter les bons Katsudon à 450-500 yens ! On paie à la machine qui nous délivre un ticket, qu’on donne au staff.

DSC00164

DSC00166

Le ventre plein, après un échange succin mais agréable avec les cuistots, direction le Mitama Matsuri (les « Matsuri » sont des festivals). Premier jour sur place, voilà déjà un festival ! 20 000 lanternes qui éclairent la place du Yasakuni-jinja (les « jinja » sont des sancturaires shinto, religion « racine » du Japon).

Uch... Je sens qu'il va y avoir du monde.

Uch… Je sens qu’il va y avoir du monde.

DSC00204 DSC00203

L’allée, un couloir bordé par des « snacks » (Okonomiyaki, Takoyaki, Bière…) devient vite bondé : impossible d’avancer normalement, on piétine, à l’allure d’escargots. Je décide de me sortir de ce four pour aller faire une ballade nocturne à Shibuya.

Le "Shibuya Crossing", un carrefour où plusieurs centaines de personnes se croisent en même temps, à chaque feu vert !

Le « Shibuya Crossing », un carrefour où plusieurs centaines de personnes se croisent à chaque feu vert !

Puis je rentre pour me reposer, et repartir d’un pied déterminé le lendemain !


Jour 3 (17/07)

J’utilise allègrement Google Maps pour calculer mes itinéraires en train, car il connaît tous les itinéraires possibles, leur durée, et l’heure des différents trains. Aujourd’hui, je visite le Meiji-Jingu et Asakusa. Une visite de temple coûte généralement entre 400 et 600 yens. Parfois, cela peut monter jusqu’à 1100 yens mais c’est assez rare (je n’ai vu ça qu’au Tosho-gu à Nikko !)

DSC00302 DSC00306

Contrairement à l’été 2014, j’avais visité le jardin annexe du Meiji-jingu (pour un surplus de 300 yens, de mémoire). Voici le bâtiment qu’on y trouve, au milieu d’un grand et joli jardin… Le Kakuun-Tei (Maison de thé), construit sur ordre de l’empereur Meiji pour l’impératrice Shoken, en 1900. Reconstruit en 1958 [incendié lors de la seconde guerre mondiale].

DSC00343

Vous trouverez des photos d’Asakusa et du Senso-ji dans l’article de l’été 2014. Cependant, voici quelques photos prises dans les alentours: DSC00463 DSC00458 DSC00460

Le soir, c’est sushi-bar !

Un sushi bar "standard" : Plusieurs couleurs d'assiette, chaque couleur correspondant à un prix.

Un sushi bar « standard » : Plusieurs couleurs d’assiette, chaque couleur correspondant à un prix.


Jour 4 (18-07)

Je me rends à Kamakura pour y voir son Daibutsu (« Grand Bouddha »). Arrivé à la gare de Kamakura, je vois 3 japonaises (deux jeunes de mon âge, et leur mère) en train de chercher leur itinéraire sur un plan… J’en profite donc pour leur demander si elles peuvent m’indiquer mon chemin ! L’une des 2 jeunes me propose de les accompagner puisqu’elle se rendent au même endroit !

DSC00484

On peut même visiter l’intérieur de la statut pour un prix absolument dérisoire (20 yens, de mémoire !). Attention, il faisait déjà chaud dehors, mais alors dedans, inutile de le préciser…

DSC00485

Je suis mes 3 guides vers le temple Hase-dera (temple bouddhique, secte Jodo, 8ème siècle).

DSC00500 DSC00498 DSC00502 DSC00515 DSC00519 DSC00521 DSC00527

On est ensuite allé à l’Aquarium d’Enoshima, et j’ai vraiment regretté cette visite ! Environ 2000 yens pour voir des spectacles avec des dauphins… Bon pour le coup, je l’ai un peu cherché ! Mais c’était sympa de parler avec des locaux, donc j’ai suivi :).

DSC00570 DSC00555

Puis direction l’ile (que l’on voit au fond, sur la photo juste au-dessus) pour visiter le temple à son sommet, cette fois-ci, seul !

DSC00584 DSC00596 DSC00599 DSC00602 DSC00608

Vue vers la mer de Sagami :

DSC00615


Jour 5 (19/07)

Impossible de me rappeler ce que j’ai fait ce jour-là, vu que je n’ai quasiment aucune photo de la journée… Pourtant, j’ai attendu la fin du voyage pour les nuits blanches en boite et les siestes jusqu’à 15h ! Toujours est-il que je suis allé à Shibuya, sur la place d’Hachiko (le Shibuya Crossing, en fait), que j’ai visité une salle d’arcade, et que le soir je suis allé à Odaiba ! C’est un endroit magnifique pour se balader la nuit…

DSC00617 DSC00619 DSC00628

DSC00654

Balade paisible, avant de quitter Tokyo pour réaliser un rêve dans un rêve ~ :3


Jour 6 (20/07)

Enfin… ENFIN ! L’ascension nocturne du Mont Fuji !

Je m’y suis rendu en autocar, de Shinjuku (Tokyo) à la 5ème station de Kawaguchi-ko, aussi appellée 5ème station de la ligne Fuji Subaru. Le trajet est assez onéreux, 2700 yens…. Pour l’aller. Donc, évidemment, 2700 yens pour le retour, Soit 5400 yens l’aller-retour. C’est cher, mais c’est rapide et sans escale, directement depuis et vers Tokyo. J’ai laissé ma valise dans un coin-locker jusqu’au lendemain matin pour 500 yens. Pour plus d’info sur le chemin d’ascension que cela ouvre, rendez-vous ici: Yoshida Trail. De 2300 à 3776 mètres, un magnifique dénivelé de 1476 mètres. J’ai eu la chance de me retrouver à coté d’un Japonais de mon âge, qui parlait très bien anglais, et m’a proposé de faire l’ascension avec lui.

L’ascension a duré environ 6h, à partir de 20h. C’était physique sans être insurmontable ! Il y avait des « bouchons » sur le chemin (bordé), qui nous ont parfois poussé à ralentir voire attendre. Prévoir des vêtements d’hiver… Si vous ne voulez pas avoir à passer un long moment à trottiner au sommet (c’était ça ou mourir de froid) !


DSC00662

Tout au long de l’ascension, de la 5ème à la 10ème (dernière) station, on trouve des refuges qui vendent de quoi boire/manger chaud.

DSC00686

Une fois en haut, il n’y a plus qu’à attendre le lever du jour… Le ciel bien noir, bien que nuageux, laissait entrevoir de belles portions de la voie lactée (ce poète astro-physicien !). Seulement voilà… Les nuages, eux, sont restés bien visibles, même lorsque le soleil a commencé à se lever… C’était quand même beau ! Pas aussi beau qu’un soleil, certes, mais j’étais le plus heureux à ce moment !

DSC00729


Jour 7 (21/07)

La descente nous a pris, je pense, environ 3h30. Difficile à dire puisqu’on a fait une sieste à environ 2800 mètres. Dormir sur le flanc du mont Fuji, en plein soleil, sur les cailloux, « Check! »

DSC00733

DSC00741 DSC00748

Une fois revenu à la 5ème station (vers 7h du matin), retour à Tokyo, à la capsule hotel où j’avais « élu domicile » (j’y ai passé toutes mes nuits à Tokyo, sauf la première), pour dormir tout l’après-midi, prendre un bon bain au Sento, rester un peu dans le Sauna, et préparer mon départ pour Kyoto. Le voyage Tokyo->Kyoto dure 3h30 et se fait en Shinkansen (TGV Japonais), compris dans le JR Pass (sauf le « Nozomi », un quasi-direct qui met moins de 3h !).


Jour 8 (22/07)

Arrêt de bus « Gion », au Yasaka-jinja! À Kyoto, il existe deux moyens de transports à privilégier : le bus et le vélo. Le bus coûte 500 yens par jour pour un « One-Day Pass« , qui vous permet de prendre le bus toute la journée, partout, sauf dans la zone étendue d’Arashiyama. Pour le vélo, il se loue pour environ 300 yens (généralement) mais il vaut mieux savoir où vous allez.

DSC00751 DSC00767 DSC00771

DSC00776

Enfin, direction à la « Hannari Guest House« , qui propose une nuit en dortoir pour 2500 yens. Le concept du dortoir m’a un peu rebuté au début, assez méfiant de nature… Cependant, mon sac ne m’a jamais quitté et un coin-locker est mis à disposition. Le concept des Guest Houses est d’ailleurs vraiment efficace pour rencontrer des voyageurs, Japonais y compris, la plupart de ces établissements disposant d’un coin « salon » où l’on peut se réunir.


Jour 9 (23/07)

On commence la journée avec la visite du Kinkaku-ji :

DSC00780

Des restes du Daimon-ji !


DSC00804 DSC00810

DSC00815

Retour ensuite dans le centre-ville pour manger, et partir vers Arashiyama !

Une boutique de Dango ! Des "brochettes" de boulettes sucrées (à base de Mochi)

Une boutique de Dango ! Des « brochettes » de boulettes sucrées (à base de Mochi)

Avalanche de photos ! La plupart sont en extérieures, pour deux raisons :

  1. J’ai passé beaucoup de temps à marcher, explorer les environs
  2. La plupart des temples interdisent les photos dans leurs enceintes (bâtiments principaux)
DSC00919

Les célèbres bambouseraies d’Arashiyama…

DSC00939

Juste une maison qui m’a plu 🙂

DSC01016 DSC00894 DSC00896 DSC00928 DSC00949 DSC00975


Jour 10 (24/07)

Le matin, direction le Ginkaku-ji, l’après-midi le Heian-jingu et le soir le Fushimi Inari Taisha (avec ses noooombreux torii).

DSC01053 DSC01072

DSC01105

Le Heian-jingu :

DSC01138

La grande porte, avec, un peu plus loin à droite, un terrain de baseball, et tout droit, le temple.

DSC01142

Un chauffeur de taxi qui jette des graines aux oiseaux…

DSC01149

DSC01162

Sur le chemin pour rentrer à la Guest House, je me suis un peu « perdu » volontairement dans les rues :

DSC01169

Le temple du Geai Moqueur 😀 !!

DSC01168

DSC01173 DSC01163DSC01139

Puis le Fushimi Inari Taisha, une longue « ascension », beaucoup, beaucoup de marches. A tel point qu’en ayant commencé en fin d’après-midi, la visite a fini par durer jusqu’à ce qu’il fasse nuit noire. Il est vrai, qu’encore une fois, je me suis quelque peu écarté du chemin !


DSC01179

DSC01180

DSC01183

DSC01186DSC01197DSC01198DSC01220DSC01242DSC01210 DSC01264 DSC01261DSC01251DSC01253 DSC01256DSC01273

DSC01280DSC01282

C’est tout pour la partie 1 ! La suite dans le prochain article.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s